NOUVELLES d’hier, d’aujourd’hui, de demain

A se lire, on finit par se connaitre………….

Archive pour la catégorie 'vocation'

L’APPEL (Le grandes manoeuvres)

Posté : 19 juin, 2008 @ 5:13 dans vocation | 2 commentaires »

Il faut terminer ce volet exercice ou manoeuvre pour que le lecteur se rende bien compte que cette armée stationnée en Allemagne avait des missions trés importante et qu’elle s’entraînait à craindre le pire.

Le mur de Berlin n’est pas encore tombé et les différents scénarios sont joués sur le terrain même de la future action décisive….C’est dans cette optique que les états majors s’entraînaient.

Une manoeuvre de corps d’armée ce sont trois divisions sur le terrain. Le centre opérationnel du corps d’armée s’installe dans une infrastructure déjà en place. Garage ou gymnase immense. Il en faut de la place avec tous ces câbles à tirer par les transmetteurs et les tables et chaises à installer, les liaisons téléphoniques RITA (réseau intégré des transmissions). Le RITA c’est déjà, à l ‘époque, le téléphone du futur. Il est sécurisé car chiffré et il fonctionne par satellite. Chaque cellule en possède un poste, sorte de gros portable vert armée et fonctionnant avec des touches sécurisée et un code secret (pin). Votre téléphone portable d’aujourd’hui, Fred l’avait déjà en 1988 !!!

L’exercice commence par un emplacement à Achern, dans un régiment de train. La vie du CO est simple, il fonctionne nuit et jour. Les hommes travaillent en bordées. Les cadres qui ne sont pas au travail mangent et dorment et vont remplacer leurs homologue ensuite. Il y a deux équipes qui se relaient jour et nuit. Au bout de deux jour, le CO bascule, il doit suivre l’évolution géographique du conflit. Chacun désinscrit son poste RITA ou PTA (postes de téléphone intégré), c’est à dire qu’il efface le code secret et se reinscrit sous un nouveau code de bascule. A l’arrivée au nouveau CO, e cadre se réinscrit sous son ancien code.

Ce que je vous explique est assez fastidieux mais je voulais avec Fred vous monter le travail d’un cadre en manoeuvre. Enfin la Co basculera encore deux fois dans la semaine pour se retrouver en fin de parcours à Fribourg.

Ces exercices durent une semaine pendant laquelle les épouses sont seules chez eux dans des logement loués par l’armée. Fred habitait dans une cité nommée Thiérache et logeait dans le l’immeuble Craonne. En tant que la plus ancien dans le grade le plus élevé, il avait été désigné « hef de bloc ». Il devait donc faire respecter l’ordre dans son immeuble.

Nous verrons demain comment Fred s’est remis à etre un grand sportif.

L’APPEL (les exercices)

Posté : 18 juin, 2008 @ 5:02 dans vocation | 6 commentaires »

Le militaire a deux emplois. Un emploi de temps de paix et un emploi opérationnel. Fred a son emploi au bureau finances budget, reste à savoir quel sera son emploi opérationnel.

Pour sélectionner les cadres dans un emploi bien précis et en fonction de leurs compétences, des exercices sont organisés au cours desquels les officiers et sous officiers nouvellement affectés sont testés sur différents sites.

Fred est testé sur le bureau messagerie du PC arrière du corps d’armée. Le PC arrière!!!, c’est ce qu’on appelle dans le jargon « un barnum » C’est plus grand qu’un cirque normal, c’est un ruche ou courent des officiers et sous-officier devant des cartes d’Etats major qu’il faut renseigner en permanence pour être en mesure de donner ces informations vers le haut comme vers le bas. Le PC arrière dirige la logistique du corps d’armée.

Le bureau messages s’appelle site et Fred est testé comme chef de site. Des sous officiers féminins des grades adjudants chef à sergent frappent les messages sur des « bécanes » historiques(nous sommes en 1988) sur lesquelles elles se cassent les ongles pour envoyer toute la messagerie du centre opérationnel. Et des messages, il y en a des milliers à frapper. Il y a aussi les messages à l’arrivée que Fred visionne sur un appareil appelé « visu »(sorte d’écran de télé au fond vert olive) et ils les dirigent vers les cellules du PC. Et là aussi,,il y en a des milliers…La nuit quand le CO commence à s’endormir, Fred prend un malin plaisir à libérer les messages en attente dans la visu, ce qui a pour effet de faire crépiter tous les téléscripteurs des cellules du CO et toute le ruche se  remet à courir!!!

Petit à petit, Fred fera la connaissance de toutes ces filles qui travaillent avec lui dans ce domaine et il ne se vante pas en disant qu’elles ont toujours demandé à travailler avec lui, tant l’ambiance était bonne.

L’APPEL (Le vrai travail commence)

Posté : 17 juin, 2008 @ 5:36 dans vocation | 4 commentaires »

Fred fait connaissance avec son environnement. Il n’a jamais vu autant de colonels de sa vie. Chaque bureau est dirigé par un officier supérieur et ici l’adjudant chef est considéré comme un rédacteur. Il y a une responsabilité pour chacun.

Le nouveau chef de section de Fred arrive de Berlin et tout de suite, Fred se sent bien avec cet homme. L’adjoint du chef de section est un capitaine féminin. Jolie, sportive et vive, elle dirige ses affaires avec une certaine fermeté…Une main de fer dans un gant de velours…Fred a une secrétaire dans son bureau. Enfin, elle est secrétaire de la section mais elle a aussi la charge du budget général que doit superviser Fred. Il s’apercevra vite que la jeune femme est tout à fait de confiance et, comme à son habitude, il la laissera travailler sans trop la contrôler. Il l’aidera en cas de problèmes, c’est tout. Elle a tout juste 21 ans elle est blonde «  à croquer  » et va se marier au cours de l’été.

Les premiers travaux de Fred sont supervisés par le capitaine. C’est un travail de longue haleine que je vais tenter de vous expliquer sans entrer dans les détails.

Dans un budget de fonctionnement, les dépenses sont répertoriées en comptes pour chaque catégorie de dépenses. En fait le corps de troupe reçoit une enveloppe financière et à charge pour lui de faire son année avec. Pour la France, cela ne pose pas de problèmes, mais en Allemagne, pour l’énergie, le gouvernement ne veut qu’un seul ,payeur…l’Etat français! Donc pour l’énergie, ce n’est pas une enveloppe financière qui est allouée mains une « autorisation d’engagement de dépenses ». En clair on donne à chacun une quantité de KW/H, de M3 d’eau ou de fuel en fonction de son infrastructure. Fred est chargé de suivre les consommations de chaque régiment des forces françaises en Allemagne. Du plus petit organisme au plus grand.

Fred est aidé par sa petite secrétaire pour ces travaux et les fiches. Dans un Etat Major, chaque prise de décision ou chaque lettre ou message doit faire l’objet d’une fiche explicative au chef d’état major qui signe tous les courrier. C’est un gros chef de cabinet du général. Nous verront demain d’autre facettes de ce travail.

 

L’APPEL ( Baden oos)

Posté : 16 juin, 2008 @ 5:16 dans vocation | 4 commentaires »

CINQUIEME PARTIE 

Le Lundi 1° août 1988, l’adjudant chef Fred….se présente au chef du bureau Finances Budget de l’état major des forces françaises en Allemagne….

Le Corps d’armée des Forces françaises en Allemagne compte trois divisions blindée. Trèves, Fribourg et Landau. Chaque division est composée de 10 000 hommes. Si on y ajoute la logistique, c’est une force d’environ 50 000 Hommes qui est géré par cet État major de Baden. Ces hommes sont là depuis le début de la guerre froide attendant la chute d’un mur qui libérerait ce monde enfermé sur lui même de l’autre coté du « rideau de fer »

Le colonel lui explique son emploi et lui présente le bureau qui fait partie de la chaîne logistique. Fred est affecté à la première section. Le bureau compte trois sections. La première pour les économies d’énergie et le budget général, la seconde pour le budget de fonctionnement et la troisième pour la documentation et la réglementation juridique.

Dans la première section, Fred sera chargé des économies d’énergies et sera l’adjoint d’un capitaine féminin qui va l’accueillir le lendemain. Le chef de bureau lui montre son emplacement et lui donne son premier travail, histoire de tester son nouveau cadre. Il lui explique la réglementation allemande en matière de taxe sur l’eau. Seul le Land Bad Wurtemerg, fait payer aux forces française une taxe appelée le Wasser pfennig. Fred doit calculer le montant de cette taxe pour la consommation des forces l’année passée. Le colonel le quitte en lui disant vous trouverez tous les éléments de travail dans cette armoire.

Après avoir tâtonné pour trouver les documents nécessaires, extrait les forces du land percepteur de la taxe, Fred effectue son décompte sur une feuille simple. Il recopie au propre ses travaux, soulignant les sous totaux et frappe à la porte du colonel.

_ déjà!!!mais c’est un travail d’une semaine que vous me faites en une matinée. Nous sommes dans un état major, il faut prendre le temps de la réflexion. et en plus ça m’a l’air juste! bien je vous remercie

Fred a appris par la suite qu’il avait été affecté dans cet état major et dans ce bureau grâce en partie à son ancien chef de corps du 8° RI de Noyon qui avait apprécié, à l’époque, ses capacités en matière budgétaire.

L’APPEL (entre deux époques)

Posté : 15 juin, 2008 @ 5:33 dans vocation | 5 commentaires »

Dreux ans  et demi sepassent sans problèmes particulier.

Nous voici arrivé à un tournant de la vie de Fred. Il est au tableau d’adjudant chef, il est en plein divorce. Son épouse qui a réussi avec l’appui de Fred un concours interne à son administration est montée en grade et se sent, à présent, investie d’une responsabilité « divine ». Elle fera tout pour casser son mari qui se défend bec et ongles.

L’affaire doit se régler au tribunal. Fred perd son divorce, mais ne perd pas son honneur. Il garde l’autorité parentale sur sa fille, qui a 14 ans, et son épouse est déboutée de toutes ses demandes.

La vie va ainsi et Fred doit rebondir ailleurs que dans cette région et ainsi se refaire une santé morale. Sa fille prend faits et causes pour sa mère et refuse de revoir son père à tout jamais…Voilà ou nous en sommes quand la cinquième partie va commencer demain.

Elle commencera, à Baden Baden en Allemagne ou Fred vient d’être muté avec sa nouvelle jeune épouse.

Il va travailler dans trés grand état major et ainsi faire le travail qu’il a toujours voulu faire. Il va se faire un nom.

Nous le retrouverons le 1° Août 1988 en Allemagne.

L’APPEL (un drame )5

Posté : 14 juin, 2008 @ 5:48 dans vocation | 6 commentaires »

Le général de Corps d’armée convoque Fred dès le matin en arrivant au centre mobilisateur. La scène se déroule dans le bureau du chef de corps. Le général est assis à la place du chef de corps, ce dernier est assis un peu en retrait à gauche du général. Fred n’est pas invité à s’asseoir, il reste debout au garde à vous. Le général prend la parole, impressionnant.

_ vous vous rendez compte! je suis l’adjoint du chef d’état major de l’armée de terre et vous m’obligez à venir dans ce trou paumé en pleine foret parce que « monsieur » a reçu 15 jours d’arrêts!….

le coupant Fred intervient sur le même ton:

_ Ce n’est pas vous qui les avez pris ces 15 jours par le ministre! c’est quand même le ministre!

Le général se calme aussitôt

_ il n’empêche que je ne comprends pas, vous êtes bien noté il n’y a aucun problème dans votre carrière et pour votre carrière et vous me faites venir …enfin expliquez moi.

Fred redis ce qui est dans sa lettre. C’est une technique des enquêteurs de demander toujours la même chose pour savoir si vous ne variez pas votre version et ainsi être pris en flagrant délit de mensonge. Le général lui demande de sortir. Fred ne le reverra plus. Ce qu’il raconte maintenant c’est ce qu’on bien voulu lui raconter…

Le général a convoqué 12 soldats qu’il a tiré au sort, et un cadre du centre par grade. Un sergent, un chef, un adjudant et ainsi de suite…Il est reparti comme il était venu.

La chance (il pense) c’est que le chef d’état major de l’armée de terre à cette époque, était son ancien colonel de Belfort, celui qui l’avait fait passer sergent, celui qui l’ avait affecté au quartier Hatry et qui le protégeait depuis le début de sa carrière.

La sanction est tombée…Les 15 jours d’arrêts ont été supprimés, Fred obtient sa LAS et surtout Fred est inscrit au tableau d’avancement pour le grade d’adjudant chef….Il est content, mais il est en plein divorce!!!

 

 

L’APPEL (un drame )4

Posté : 13 juin, 2008 @ 4:53 dans vocation | 4 commentaires »

Fred monte dans la belle bibliothèque qu’il a fait aménager en arrivant et y trouve tous les documents nécessaires au droit de recours. Il étudie les textes en vigueur et se rend compte qu’il doit exercer son droit de recours auprès du ministre de la défense en personne.

Il laisse tomber son travail pour le moment et rédige sa lettre au ministre s’attachant à lui expliquer clairement ce qui s’est passé réellement et lui dit que son honneur de sous officier est en jeu. Il dépose ses documents pour enregistrement au secrétariat du chef de corps pour un envoi par la voie hiérarchique. Si au bout de deux mois, il n’a pas de nouvelles, il est autorisé à s’affranchir de la voie réglementaire et à écrire directement au ministre de la défense.

Les deux mois ont passés, Fred doit agir, mais pas en traître. Il se prend le culot de convoquer son chef de corps dans son bureau, le fait asseoir et lui tend une lettre qu’il a rédigé à l’intention du ministre.

_ cette lettre part demain matin en trois exemplaires. Un au ministère, un à la mairie dont il est le maire et un à l’assemblée nationale.

_ ne faites rien je reviens tout de suite!!!

En fait, le recours de Fred avait été enterré, pas enregistré, il n’est jamais parti et des complices pensaient qu’il ne tenterait rien se faisant punir, et casser sa carrière sans réagir…C’était mal connaître Fred. Le chef de corps revient, il s’est entretenu au téléphone avec son complice de la Division.

_nous sommes convoqués demain à Amiens. La convocation et l’entretien avec un autorité de la Division ne donne rien. Mais un jour un hélicoptère se pose au CM. En sort un général Quatre étoiles chargé d’une enquête de commandement. La partie va être serrée, son avenir se joue sur cette visite…

 

 

L’APPEL (un drame )3

Posté : 12 juin, 2008 @ 5:22 dans vocation | 2 commentaires »

Ce sont les vacances d’été. Fred part en juillet, plus personne ne pense à cette trés pénible affaire. Le chef cuisinier est toujours enfermé dans une prison civile en attente de son procès.

Fred rentre de vacances, reprend possession de la caisse et commence à travailler sur les factures à régler. L’adjoint au chef de corps l’appelle au téléphone.

_Mon adjudant, vous pouvez venir me voir?

Fred va dans le bureau de son supérieur et, l’autre lui tend un papier à lire….

« Le ministre de la Défense Monsieur……….inflige à l’adjudant …….. Fred 15 jours d’arrêts en remplacement de ‘avertissement précédemment infligé »

Fred s’assoit pour relire le texte, il a bien compris, tout s’écroule, sa carrière se termine ici sur cette bêtise qu’il n’a pas commise. Le capitaine lui demande de signer la notification de la punition, il refuse.

_ C’est le chef de corps qui m’a mis dans ce pétrin, c’est à lui que je veux avoir à faire!

_ il est en vacances

_ dans ce cas, on verra à son retour

Fred tourne les talons et décide de se battre, il y va de sa carrière et de sa vie familiale.

A son retour de permission, le chef de corps ne dit rien à Fred. Il attend quinze jours avant de se manifester.

_ vous avez vu, mon adjudant, le ministre n’y va pas avec le dos de la cuillère!

_ et vous croyez que je vais me laisser faire? Je vais exercer mon droit de recours!

_Vous n’y avez pas droit, le droit de recours contre un ministre est impossible.

_ le président de la République est les chef des armées, mon chef, c’est à lui que je vais écrire mon droit de recours

Il laisse le chef de corps et va faire les papiers nécessaires.

L’APPEL (un drame )2

Posté : 11 juin, 2008 @ 5:02 dans vocation | 2 commentaires »

Le centre mobilisateur est catastrophé par la nouvelle. Le cuisinier brûlé raconte des sévices qu’il aurait encouru, des vexations et surtout ce fameux accident. Le chef cuisinier l’aurait aspergé d’alcool à brûler et aurait allumé faisant du soldat une torche vivante.

Le chef de corps mis au courant par l’hopital militaire fait intervenir la gendarmerie qui enferme le chef cuisinier. Ce dernier passera plusieurs mois en prison. Il est demandé à Fred de reprendre la responsabilité des cuisines et la mission de remettre en ordre les cerveaux.

Le chef cuisinier, outre sa peine de prison, est puni par l’autorité militaire de 60 jours d’arrêts. Ce qui équivaut à un renvoi de l’armée.

Quinze jours après ce drame, Fred est convoqué par le chef de corps.

_ Je viens d’avoir le général, au téléphone. Il me demande de punir un cadre pour que cette affaire ne monte pas à Paris. Il lui semble que punir le chef cuisinier seul c’est trop simple. Je vais donc vous mettre un simple avertissement comme ça le général sera content et cette affaire ne sera pas ébruitée. Bien sur tout le monde sait que vous n’êtes aucunement responsable.

_ bien, si ça peut calmer tout le monde….

Fred, inconsciemment vient de se mettre dans une sale affaire sans être responsable de rien, il signe comme un responsable. Il va bientôt s’en mordre les doigts et cette affaire va lui faire faire beaucoup de soucis. Je vous rappelle qu’il n’a pas sa LAS (limite d’âge supérieure) qu’il est toujours adjudant et qu’avec même un avertissement, il met en péril son avancement….

L’APPEL (un drame )

Posté : 10 juin, 2008 @ 5:35 dans vocation | 2 commentaires »

Un nouveau chef de corps est arrivé.

Ses décisions commencent à arriver et comme chaque chef nouvellement arrivé, il veut réformer. C’est tout à fait logique car quand on commande on veut une unité formée à son image. Les décisions se succèdent au fur et à mesure qu’il s’aperçoit d’une chose réformable.

Un jour il croise Fred dans le couloir de PC et l’arrête :

_ Mon adjudant, je viens de prendre une décision. A partir de lundi, vous n’etes plus responsable de l’ordinaire. Le chef cuisinier est tout à fait capable de gérer cet organisme.

_Pas de problèmes mon commandant !

_Donc à partir de lundi plus besoin de passer dans les cuisines

_ ce n’est pas la peine de me le dire, ça va de soi

Le lundi et les jours suivants, Fred ne passe plus par la cuisine dans son tour du quartier. Ce tour il le fait chaque jour pour voir si rien n’est à réparer ou si les espaces verts sont bien aménagés.

Un après midi, un cuisinier est évacué gravement brûlé. Le chef cuisinier rend compte au chef de corps que ce dernier s’est brûlé en allant mettre le feu à des cageots vides. Les procédures sont enclenchées, une enquête est même menée Tout concorde.

Une seule chose ne concorde pas…Le cuisinier brûlé, dans son hôpital parisien accuse le chef cuisinier de l’avoir intentionnellement brûlé!!!

123456...20
 

OPTICAL CONSULTING |
quoid'neuf ? |
Mieux Vivre @ Mimizan |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Au fil des saisons
| Parlons en...
| SYNDICAT FO UES BOILEAU NRJ...