NOUVELLES d’hier, d’aujourd’hui, de demain

A se lire, on finit par se connaitre………….

Archive pour la catégorie 'vocation'

L’appel C’est mon histoire (Mostar)

Posté : 15 juillet, 2008 @ 6:05 dans vocation | 21 commentaires »

1° Avril 1998

Ils sont arrivés à Dubrovnik en Croatie par par DC10 militaire. Aussitôt débarqués, aussitôt emmenés en car, direction Mostar ou il va passer quatre mois.

Son emploi, il ne le connait pas au départ, il se doute qu’il est venu ici pour le SICF, mais une autre surprise l’attend. Lors des consignes qu’il passe avec son prédécesseur, le apprend que le SICF? n’est son seul travail, il lui faudra également rédiger chaque jour le CRQ (compte rendu quotidien). En clair, il reçoit des forces positionnées sur le territoire, des comptes rendu chaque soir, et ce, en anglais, il doit les traduire et en faire un synthèse globale à l’échelle de la Division. Ce compte rendu partira chaque jour dans les différentes parties prenantes de l’OTAN, y compris au ministère de al défense en France, en Italie et en Belgique. Pour Fred, c’est nouveau, il ne sais pas utiliser Word et ne connais pas l’anglais. Il fait 6 années d’allemand au collège et au Lycée c’est tout. Il va donc se débrouiller avec les mots et les phrase, essayer de deviner en se rappelant des chansons en anglais et au but de quatre mois, il sera incollable sur ces sujets comme sur l’emploi de Word. Il faut apprendre vite à l’armée, sinon c’est le coup de balai!!!

En quatre mois, pas une seule journée de repos. Il avait une matinée tous les quinze jours, le dimanche matin. Il fut aussi désigné président des sous officiers de la division. Il devait donc veiller au moral des personnes. Les femmes s’ennuient de leurs maris, certaines trouvent des amants qui sont aussitôt jalousés par d’autres. Il a fallu gérer ça aussi. Il va organiser des fêtes le soir à la fraîche. Mais la plus belle fut la victoire de l’équipe de France de football en coupe du monde. Tous les soldats étrangers étaient amoureux de cette belle équipe et les allemands criaient « vive la France » de même que les Italiens ou les espagnols. Les ukrainiens et leur orchestre ont inventé un nouvel hymne avec la marseillaise et les marocains de l’armée royale du Maroc ne tarissaient pas d’éloges pour ces petits français.

Les quatre mois ont passé trés vite, le centre opérationnel n’a pas chômé durant ce temps. Fred en était un des rédacteurs. Les opérations se sont succédées et les début de la préparations de l’envoi des troupes de l’OTAN au Kosovo se sont faites à Mostar.

C’est donc la fin de mon histoire

je vous remercie de tout coeur de m’avoir suivi durant ces six mois. Je n’ai pas tout raconté, en avais je le droit? Je ne le pense pas, j’ai écrit ce que j’ai vécu sans en rajouter ou sans épiloguer.

Je voudrais rendre hommage aux épouses des militaires. Elles ont un coeur gros comme ça, il leur faut du courage et de l’amour pour suivre cette vie de militaire derrière leurs maris. Merci à la mienne, merci à toutes.

Merci

Fred, Francis

L’appel C’est mon histoire

Posté : 14 juillet, 2008 @ 4:20 dans vocation | Pas de commentaires »

Vous avez deviné, l’appel c’est mon histoire.

J’ai profité de ce 14 juillet pour vous en raconter la fin.

Il restera demain à vous relater la dernière partie, le dernier volet.

Sachez qu’en 1997, « Fred », j’ai formé pendant Six longs mois, tout en continuant mon travail de la section’ 30 secrétaires d’état major engagés, car l’armée, comme aujourd’hui était en profonde mutation. Le service militaire était suspendu par le parlement sur proposition du Président de la République, les Divisions étaient en passe d’être dissoutes et remplacées par des EMF (état major de forces) et des unités nouvelles étaient crées…des  brigades.

Il fallait donc que l’armée se dote de soldats professionnels, c’est ce que j’ai eu comme mission au sein de mon état major de Chalons qui, avec les restructurations et la dissolution de la 10°DB, était devenu l’état major de la 2°DB. Ces secrétaires, je suis parti avec eux dans une nouvelle aventure au sein de la Division Multinationale sud est à Mostar en Bosnie.

A demain pour cette mission et la fin de mon histoire.

 

L’APPEL (14 juillet)

Posté : 14 juillet, 2008 @ 12:45 dans vocation | 1 commentaire »

A son retour, il faut reprendre son travail à la section stages qui avait été mise en sommeil durant son absence. Après quinze jours de repos bien mérité des rêves plein la tête, il doit revenir aux réalité de la vie en France. Il se dit que Sarajevo est tellement belle qu’il serait dommage de ne plus jamais la voir. Il fera tout pour y repartir.

Pendant un an, son travail va l’occuper un maximum. Il va même réaliser un document unique dans cette armée à destination des régiment placés sous la responsabilité de la division :un guide de plus de cent pages répertoriant tous les stages, examen et concours de l’armée de terre avec les modalité d’inscription et le mesures  de préparation. Ce qui lui vaudra encore une lettre de félicitation.

En Mai 1997, il est appelé par son chef de bureau. La nouvelle va le surprendre.

_ vous avez été nommé responsable de l’alimentation et de l’hébergement du défilé mécanisé du 14 juillet à  Paris

Fred est trés ennuyé, cela va lui prendre beaucoup de temps dans cette organisation. Il faudra héberger et nourrir environ 300o hommes dans les différents organismes militaires  de Paris et banlieue. Son point d’attache, c’est la base de Villacoublay ou auront lieu les répétitions.

Fred part avec son commandant qui est responsable de toute l’organisation, au camp de  loges ou le commissariat les a convoqué pour organiser ces modalités. Tour est rodé depuis des années, il n’y a qu’a donner les effectifs et allouer des chambres aux soldats. Il faut aussi aller percevoir dans différents organismes du commissariat des WC chimiques et douches de campagne pour les persionnels défilant et leurs escortes logistiques.

Fred et ses camarades de Chalons ont obtenu des chambres à l’école militaire de Saint Cyr l’Ecole, ou il dîneront chaque soir. Et tous les jours pendant le répétitions Fred va côtoyer des journalistes et différentes autorités militaires. il a parlé avec Jean Claude Narcy de Tf1 et plusieurs généraux qu’il avait connu quand il était simple soldat  ou jeune sous officier.

Un jour son général lui dit que pour le défilé, il comptait sur lui. IL va donc défiler en tête de des chars derrière son général ce 14 juillet 1997!!! et il y aura une autre surprise…

 

L’APPEL (OPEX)3

Posté : 14 juillet, 2008 @ 12:23 dans vocation | 4 commentaires »

Le travail de Fred est simple mais trés important pour le moral des troupes. Le courrier en opération est un soucis majeur du commandement. mais comment savoir, dans une communauté de 600 personnes, quel est celui qui ne reçoit pas de courrier. Fred crée une association fictive avec les adjudants de compagnie des unités du Batgen et chacun aura un indicateur pour dire à Fred le soldat manquant de courrier de sa famille et ce, pour éviter les drames. Et ça marche! Fred envoie des lettres humoristiques à ceux des soldats qui n’ont pas de courrier et même parfois pour s’amuser il écrit à des officiers pour les faire rire…pour l’ambiance… » vous avez le bonjour du vaguemestre! »

L’autre responsabilité de Fred, c’est les services administratifs et financiers. Il se porte volontaire pour visiter les unités sur le terrain, en P4 peugeot ou en hélicoptère, ce dévouement lui vaudra une lettre de félicitations car prendre des risques pour aller voir des hommes et des femmes sur une partie du territoire pour savoir s’ils ne manquent de rien, c’était assez peu courant. Il ira même sur le mont Igman, à la frontière avec la Serbie pour distribuer des chocolats « TWIX » aux enfants dans les villages perdus dans la montagne. Il y était accueilli comme un ami de longue date, il donnait également quelques rations de combat aux parents. Ces rations qui sont données le dimanche soir aux soldats mais qui ne sont pas consommées car les soldats préfèrent manger ce qu’ils ont reçu dans les colis expédiés par leurs parents.

Fred est également présidant de sous officiers de son unité, le CCL (compagnie de commandement et de logistique) à ce titre il est responsable de l’ambiance. Mais plus le temps passe, plus le moral baisse. Rien n’y fait, les repas de corps ou l’on chante à boire, les pots de cohésion du week end entre deux missions non plus ne redonnent pas le moral. Et voici que personne ne veut verser les 10 deutschmark que Fred a demandé pour faire un cadeau d fin de mandat au capitaine commandant la CCL, leur chef. Fred ne se démonte pas; Pur être sur de voir tout le monde, il organise un pot. En avant propos, son discours est trés virulent  » ce serait la première fois qu’un capitaine quittant son commandement n’aurait pas son cadeau, vous ne voulez pas payer et bien moi le major Fred, je vous dit que la capitaine aura son cadeau! quite à le payer moi même!!! on gagne assez ici pour faire ce sacrifice mais il ne sera pas dit que je laisserai partir lz capitaine sans cadeau. Maintenant on peur boire un coup, la main dessus!!! »

Le capitaine est parti en France avec son cadeau, les sous officiers ont payé et le discours de Fred a fait prendre conscience aux gans qu’ils étaient dans l’erreur. L’ambiance devint meilleure et la fin du séjour fut serein.

Le retour s’est fairt en A310 à partir de Sarajevo, les mesures de sécurité étaient moins contraignantes, le mandat de l’IFOR y était pour quelque chose.

Fred ne vous racontera pas toutes les péripéties militaires de ce mandat, son histoire est son histoire, pas celle de l’armée française.

L’APPEL (OPEX)2

Posté : 14 juillet, 2008 @ 11:04 dans vocation | 2 commentaires »

Des militaires attendaient l’avion pour repartir e France, à l’aéroport. Fred reconnu un camarade de Baden avec qui il avait préparé le concours de major. Ils se sont juste serré la main car ils étaient tous deux entourés d’hommes en armes. Ils se sont crié « content de se revoir!!! » et chacun est reparti vers son destin, son camarade vers sa famille et Fred, le coeur lourd vers quatre mois intenses. Reverra-il sa famille?

Rajovac, dans la banlieue de Sarajevo, est une ancienne base d’hélicoptère yougoslave. L’armée française s’y est installée. Il y a là outre le BATGEN, un bataillon d’infanterie (BATINF), un escadron d’éclairage divisionnaire (EED) et différents organismes de logistique comme la section de fabrication du pain du commissariat s et un bureau de poste militaire (BPM). Enfin, il y a un état major de brigade faisant partie de la division multinationale de Mostar. Le mandat français étant effectué sous l’égide de l’OTAN, le sigle est OTAN IFOR (implantation des forces) Les nouveaux arrivés viennent relever les légionnaires qui viennent de passer quatre mois ici.

L’accueil est chaleureux, les légionnaires sont heureux de voir leur relève arriver, pour eux cela signifie bientôt la fin de leur mandat et le retour en France. Les légionnaires , comme à leur habitudes se sont bien installés. Ils ont même baptisé des rues de noms de soldats célèbres. Le bâtiment du Batgen se trouve dans l’avenue du général R….Fred se renseigne sur l’homme et il lui est confirmé que ce général qui commande actuellement la division de Mostar n’est d’autre que son ancien capitaine au 2° escadron. C’est l’officier avec lequel il ne s’était pas entendu provoquant son affectation au quartier Hatry.

Les consignes passée, le vrai travail peut commencer. Le travail en opération extérieure ne souffre d’aucune fautes. La seule erreur peut être fatale. Nous verrons demain, sans trop entrer dans les détails pour ne pas révéler de secrets militaires, comment s’est déroulé, pour Fred cette mission en ex-Yougoslavie.

L’APPEL (OPEX)

Posté : 14 juillet, 2008 @ 10:00 dans vocation | 3 commentaires »

L’Hercule C130, avion de transport de troupes militaire vole au dessus du Mont Blanc. Ils sont une vingtaine a effectuer le voyage vers l’ex-yougoslavie. Nous sommes en Mai 1996. Les forces de l’OTAN ont relevé les forces de l’ONU dans ce pays en guerre.

Fred est précurseur dans cette mission. Le gros du bataillon du génie dont il va désormais faire partie arrivera avec son chef de bataillon dans quelques jours. La mission de Fred est simple. assurer les fonctions de vaguemestre en opération et être le chef du secrétariat des services administratifs ou directeur des services financiers comme on le nomme ici.

L’avion va survoler l’aéroport de Sarajevo où ils doivent atterrir, il « rame », on dirait toujours que l’on va tomber tellement le bruit des moteur ressemble à une vielle casserole que l’on traîne sur la chaussée. Le pilote dit a la radio qu’il amorce le phase d’atterrissage…l’avion descend…descend…interminable…puis soudain il remonte en flèche et soulève le coeur des passagers comme dans une attraction foraine. Le commissaire, futur patron de Fred vomit dans un sac papier. Le pilote explique à la radio que l’atterrissage est impossible à cause d’éléments incontrôlés sur la piste d’atterrissage…. En fait il s’agit de militaires russes qui se sont égaré (Fred le saura par la suite).

L’avion tourne en rond pendant un quart d’heure puis descend et s’arrête quelques mètres après l’atterrissage. L’avion est cerné d’hommes en armes et protégés par des gilets pare balles. Ils escortent Fred et ses camarades vers des lieux en sécurité…il faut courir car des snipers pourraient les prendre pour cibles.

Ils montent dans un camion qui va les emmener dans le camp qui sera leur lieu de travail pendant quatre longs mois. La mission du bataillon du génie (BATGEN) est de dépolluer et déminer les zones que la guerre a polluée. Ces zones pleines de mines enfuies causent sont la cause de nombreux morts et blessés graves. Fred et les services administratifs et financiers sont présent pour assurer la logistique de cette opération…

L’APPEL (Section stages)

Posté : 14 juillet, 2008 @ 5:51 dans vocation | 3 commentaires »

La cellule stages et examens de l’état major de la 10° DB a pour mission d’organiser la préparation aux divers concours et examens des militaires des unités stationnées dans une partie de la Picardie et en Champagne Ardennes.

Fred va se retrouver tout de suite dans un emploi qui va le prendre pendant quatre ans. De cellule, la structure va passer section, tant le travail accompli par Fred va être exemplaire. Il sera même noté Major exceptionnel au cours de cette période et deviendra le premier sous officier a être chef d’une section dans un état major. Cet emploi est habituellement attribué à des officiers supérieurs.

Le travail est trés important, car les examens sont nombreux et variés. Des caporaux chefs qui passent leur CAT2 pour obtenir l’échelle de solde N°4 au sergents qui passent le concours EMIA pour devenir officiers et être admis à l’école de Coetquidan, les préparations sont nombreuses.

Le général a demandé à Fred de lui faire des propositions pour que les cadres réussissent leurs examens. La division étant à l’arrivée de Fred à 15% de réussites. Fred propose des périodes bloquées de plusieurs jours, entrecoupées de concours blancs à l’échelon de la division. C’est une entreprise lourde à laquelle Fred s’attelle. Ses propositions acceptées ,il organise tout et encadre tout. Il s’entoure des meilleurs moniteurs de sport, des meilleurs spécialistes et obtient des résultats flatteurs pour la 10° DB qui bat toutes les autres unités. Il passe de 15% de réussites à 85% en moyenne dans tous les examens et concours.

Mais, en 1996, c’est alors qu’il est usé nerveusement tellement il s’est investi qu’il va être désigné pour effectuer un séjour en opération extérieure….

L’APPEL (L’accident)

Posté : 13 juillet, 2008 @ 5:23 dans vocation | 1 commentaire »

La banque a refusé le prêt. Trop risqué pour elle. Fred comprend que son banquier a alerté l’autorité militaire et que des ordres ont été donné. Avec son épouse ils cherchent un débouché autre que l’armée. Ils écrivent même pour prendre la direction d’un hôtel Formule 1, sans succès, certainement déjà trop âgé.

Il s’en sort bien de son travail et il est envoyé en mission à l’état major de la 6° division légère blindée à Nimes pour la mise en place du SICF là bas. Très bonne mission, ambiance chaleureuse mais l’informatique ne lui plaît pas. Il est envoyé sur plusieurs exercices que ce soit avec la 8°division d’infanterie d’Amiens ou de la Brigade logistique de Beauvais. Toujours pour s’occuper du SICF. Il n’y tient plus, fin 1993, il demande à être reçu par le chef d’état major.

Ce dernier le reçoit. Fred lui explique qu’il est prêt à quitter l’armée si on ne le change pas d’emploi. Le colonel lui promet d’y réfléchir et de lui donner une réponse rapide. Deux jours après, le téléphone de Fred sonne? C’est la colonel qui lui annonce qu’il accède à sa demande. Fred sera affecté à la section stages du bureau logistique dès le 3 janvier 1994, c’est à dire dans un mois.

Il exulte. Son capitaine qui parle comme un ordinateur se et à parler français, mais il est trop tard, Fred a gagné son pari, avoir un emploi trés important dans un état major et il s’y prépare mentalement. Il ne délaisse pas pour autant son travail au SICF. C’est justement en descendant au local technique du SICF qu’il aura son accident.

Il descend les escaliers, nous sommes le 24 décembre 1993 à 10 heures. En chemin il rencontre un lieutenant colonel du bureau opérations. Ils se saluent, discutent un peu et se souhaitent de bonnes fêtes de Noël. Fred se retourne pour descendre les escaliers à nouveau, il s’empierge et tombe la tête la première et dévale les marches en roulant boulant jusqu’au rez de chaussée. L’officier l’a cru mort. Cette chute lui vaudra deux opérations de hiut heures chacune et trois mois d’hôpital militaire. Son épaule a due être remodelée avec des os de sa hanche, il perdu un muscle des omoplates et, si aujourd’hui il n’a plus aucunes séquelles il a eu du mal à refaire surface.

L’APPEL (SICF)

Posté : 12 juillet, 2008 @ 5:30 dans vocation | 2 commentaires »

Fred rampe dans la boue dans le noir….Comment en est il arrivé là?

C’est le SICF. Il faut amener les ordinateurs sur le terrain et les assembler en réseaux dans des véhicules de l’avant blindé (VAB) PC. Le centre opérationnel de la division est composé de quatre VAV disposés en étoile et assemblés par des tentes. Et un CO s’installe de nuit. Il faut faire passer les câbles réseau et RVB sous les véhicules blindés et quand il pleut dans les sous bois les hommes rampent dans la boue. Qui a dit que l’informatique était un métier propre.

Il appris à câbler et mettre en route le SICF. Il sait aussi le décabler à la vitesse grand V, car un CO de division bascule d’emplacement en emplacement pour suivre au plus près ses troupes. Les pilotes de VAB ne s’occupent pas  de savoir si un cable est resté branché sur le véhicule. Ils démarrent dès qu’ils sont prêts!

Des exercices comme celui ci, Fred en fera jusqu’en  fin 1993. Il aura toujours des félicitations car il s’y est bien mis. IL a appris à parler le langage Unix qui sert de base au fonctionnement du SICF. Mais le travail ne lui plaît pas. Passer un concours de major, terminer troisième national pour se retrouver à ramper dans la boue sous les VAB, il ne l’accepte pas. Il s’en ouvre à son épouse et projette de quitter l’armée.

Rendez vous est pris avec la chambre de commerce pour les créations d’entreprise. Il est dirigé vers une structure qui lui propose quelques affaires à reprendre. Le plus gros tabac presse de Chalons est à vendre. Il va chez le notaire qui gère ce dossier, obtient les bilans des trois dernières année et se rend à un rendez vus avec son banquier pour négocier un prêt. Le tabac presse est à lui si la banque prête…

L’APPEL (SATEM)

Posté : 11 juillet, 2008 @ 6:00 dans vocation | 2 commentaires »

Fred se retrouve tout seul dans ce bureau OMA  pendant le mois d’août 1992. Il fait connaissance avec les deux soldats qui travaillent également dans ce bureau. Ce sont des scientifiques du contingent. C’est à dire des bac +++ en informatique. Il commande des personnes qui connaissent ce que lui ne connaît pas. C’est vraiment étrange!

Laissons le SICF pour aujourd’hui, pour nous intéresser au système d’aide aux travaux d’état major SATEM). C’est l’informatique militaire en réseau. Mais pour faire simple, l’armée n’a pas utilisé Windows, elle a son propre systèmes, qui fait la même chose mais qui est différent d’utilisation.

 Fred essaie d’apprendre ce système avec un des scientifique quand le chef d’état major entre avec un colonel qu’il présente comme son frère.

_Major, vous allez expliquer à mon frère le fonctionnement du SATEM

Fred n’y connaît rien et demande au scientifique de donner les explications à sa place. Ce qui n’est pas du goût du colonel.

Il le lui dira ensuite et l’inscrira au stage SATEM qui aura lieu à AUCH en septembre. Fred va donc repartir pour Auch et cette fois pour quinze jours de stage. Quand il en rentrera, il connaîtra un eu mais l’informatique ce n’est pas sa tasse de thé. Il lui faudra bien s’y mettre car le SICF va être déployé pour la première fois sur le terrain à l’occasion d’un exercice de PC Trans…

12345...20
 

OPTICAL CONSULTING |
quoid'neuf ? |
Mieux Vivre @ Mimizan |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Au fil des saisons
| Parlons en...
| SYNDICAT FO UES BOILEAU NRJ...