NOUVELLES d’hier, d’aujourd’hui, de demain

A se lire, on finit par se connaitre………….

Archive pour le 27 mars, 2008

HARCELEMENT

Posté : 27 mars, 2008 @ 3:44 dans Non classé | 4 commentaires »

Deux dirigeants du magasin Carrefour de Sallenches(haute savoie) ont été condamnés à 6 mois de prison avec sursis pur harcèlement moral envers un chef de rayon de la grande surface.

Ils l’ont harcelé, le convoquant plusieurs fois par semaine, le suivant jusqu’à la porte des toilettes, l’appelant chez lui pour lui demander des comptes.

Cela a duré plus de un an, de 2001 à 2002.

Il a été en arrêt de travail plus d’un an, la sécurité sociale mettant cet arrêt sur le compte du stress au travail.

Alors se battre pendant près de sept ans, pour harcèlement moral et voir une condamnation à 6 mois avec sursis, il y a de quoi faire appel.

Publicités non polluantes

Posté : 27 mars, 2008 @ 2:17 dans Non classé | Pas de commentaires »

La quasi totalité des publicités pour les voitures, par voie d’affiche ou de presse, seraient illégales. (France soir).

Des associations ont révélé, hier, que les constructeurs  précisent en trop petits caractères la consommation de carburant et les émissions de CO2 de leurs voitures, pour être conformes aux normes européennes.

Toute publicité sur papier doit préciser, en caractères au moins équivalent à l’annonce principale, l’émission de C02 au km en grammes et la consommation de carburant aux 100 kms.

On est toujours « grugés »

PROCUREUR

Posté : 27 mars, 2008 @ 12:54 dans Non classé | Pas de commentaires »

Je m’étonne parfois de voir des professionnels s’affranchir de leur devoir de réserve. Comme par exemple des gendarmes qui donnent leurs états d’âmes sous X, alors que leur statut leur impose le silence sous peine de sanctions disciplinaires et statutaires.

Cette semaine encore, c’est un procureur du Nord, qui s’épanche sur le futur procès d’un professeur ayant giflé un élève.

Le procureur aussi est soumis au devoir de réserve. La seule tribune qu’il ait c’est le procès, c’est dans cette salle du tribunal qu’il pourra donner son sentiments. Ce n’est pas dans les médias comme pour se convaincre qu’il a raison. Ce n est pas l’opinion publique qui juge, c’est un tribunal.

Alors messieurs de la justice, respectez votre justice et ne racontez pas vos états d’âmes dans les médias.

 

LE CIEL A CHANGE DE COULEUR (TU ME PLAIS)

Posté : 27 mars, 2008 @ 9:08 dans liberte de pensee | 4 commentaires »

Marie saute au cou de Elodie, telle une gamine retrouvant sa mère. Elodie est trés étonnée par cet accueil, mais le comportement de Marie lui plaît énormément. Le soir, ils ont rendez vous au restaurant comme l’avait promis Alain.

Alain ne voulant pas dîner seule avec les deux jeunes femmes invite son frère. André n’est pas disponible. En fait le pretre n’ose pas affronter le regard de Elodie et préfère prétexter une mission à l’église. Les deux femmes papotent, se racontent leurs histoires de la semaine et c’est Elodie qui en a le plus à raconter. Tout y passe, les ânes, la conche , la phare la flotte le pineau et même le bain de minuit. Marie ne peut s’empêcher de dire qu’elle aurait aimer voir Elodie la nuit pendant son bain. Elodie lui répond « Et Alain non? » Les deux femmes éclatent de rire alors que le médecin arrive.

 _ Pourquoi riez vous comme cela? »

_ Nous rions de penser à toi en maillot de bain! » dit malicieusement Elodie

_ riez, riez jeunes femmes! « s’amuse Alain

Et les trois amis s’en vont en riant aux éclats.

Le dîner est commencé, Alain se plaît en compagnie des deux femmes, elle s’amusent comme des jeunes étudiantes. Il regarde Elodie évoluer dans ce décors il la trouve trés belle. Elle, lui jette parfois un sourire complice, ils s’aiment.

Marie est heureuse, elle ne peut plus se passer de Elodie, elle l’aime, mais comment l’aime t elle? Son histoire de bain de minuit l’a troublé. Elle ne sais pas. Ce soir elle glissera à Elodie en l’embrassant pour lui dire bonsoir »tu me plais »

 

L’APPEL (EVASION)

Posté : 27 mars, 2008 @ 6:42 dans vocation | 4 commentaires »

Geneviève écrit plusieurs fois par semaine, il reçoit ces lettres d’amour chaque samedi, au retour d’une séquence. Malgré sa fatigue, il s’efforce de lui écrire une longue lettre, lui racontant simplement ses journées. Elle est toujours inquiète et s’ennuie, elle sort parfois, le samedi soir, mais sans lui, ce n’est pas pareil.

Pour lui, la vie d’aventures continue. Les missions de destruction d’ouvrages s’intensifient et il faut aller de plus en plus loin. Si loin que parfois, on les transporte en hélicoptère. Un jour, qu’ils avaient rendez vous dans une clairière avec des hélicos, ils ont été tout surpris d’y trouver des camions à la place des aéronefs. Les voila donc partis en véhicules. Au détour d’un virage, ils entendent un mitrailleuse crépiter. »Débarquez!!!! en garde!!!! ». C’est la bagarre, chacun saute du camion et se met en position de riposte. Les camions redémarrent avec tout le matériel. Les voilà, sans sac, sans repas perdus dans la nature. Ils resteront deux jours et deux nuits dans cette foret n’y mangeant que des pissenlits ramassés dans les prés.

Après un retour en véhicule, on leur servi un trés bon repas :steak frites! Mais la séquence n’était pas terminée. Ils sont sur les douves pour le discours du chef.

« Ce qu’il va vous arriver, peut vous arriver dans votre vie de militaire. Aujourd’hui, c’est une simulation, mais je vous demande de jouer le jeu. Déshabillez vous!!! »Ils s’exécutent. On les habille de guenilles, on leur met un sac de pomme de terre sur la tète et on les attache en chaîne au pied cinq par cinq. Ils doivent, dans ce conditions franchir une tyrolienne double. Si l’un des cinq tombe, tout le monde tombe.

Ils sont placé ensuite dans une cave, on leur enlève leur sac, il fait noir. On les détache, et Fred est lancé dans une pièce trés éclairée. Il est ébloui. Un officier, dans une tenue inconnue, l’accueille. Il pose des questions , essaie de gagner la confiance de Fred, ses questions sont plus précises sur le type de matériels militaires en place au 35°RI. Fred comprend. Il faut jouer le jeu, ne pas parler. L’autre se met en colère, lui donne une gifle et le pousse dans une cave noire. Sur une musique d’outre tombe un texte est récité. Il s’agit du devoir du prisonnier…s’évader. Un homme qu’il ne voit pas, lui gratte le bas de la jambe et lui dit sauve toi ou ils te tortureront. L’autre le guide vers un trou situé plus haut, il essaie de s’y faufiler, il passe sa tète vers la nuit, on n’y voit que la lune. Il sort tel un des prisonnier de « La grande Évasion » Aussitôt des fusées éclairantes fusent dans le ciel et éclairent le fort. Pris de panique il passe par dessus ds barbelé et se sauve sortant du fort détour d’un chemin, un indicateur lui donne le prochain rendez vous…20KMS en suivant la ligne à haute tension, il y a un lac, c’est là.

Quand il arrive au lac, Fred est épuisé. Un café lui est servi, il se remet ses vêtements qu’on lui a rendu, et doit repartir en marche commando jusqu’au fort de Mont Louis. On est samedi matin, enfin du repos…

 

OPTICAL CONSULTING |
quoid'neuf ? |
Mieux Vivre @ Mimizan |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Au fil des saisons
| Parlons en...
| SYNDICAT FO UES BOILEAU NRJ...