NOUVELLES d’hier, d’aujourd’hui, de demain

A se lire, on finit par se connaitre………….

L’APPEL (La lettre)

Classé dans : vocation — 20 février, 2008 @ 13:05

Le mois de Mai 1968 se termine, les grèves ne paralysent plus le pays. Les soldats ont vécu cette période dans leur quartier sans trop se rendre compte de l’ampleur du mécontentement social.

Un jour, la section d’alerte dont notre soldat faisait partie est quand même sortie. Des berliets débâches les ont emmenés vers Montbéliard ou il y avait des heurts entre la police et les ouvriers de Peugeot. Cette fois, il s’est posé encore plein de questions. Mais l’ordre fut donné à la rame de faire demi tour à mi chemin. C’était à hauteur de Chatenois les forges.

Puis, un jour, le courrier est revenu. Au compte gouttes, comme un moteur qui redémarre, peu au début et plein ensuite. Sa lettre arriva début Juin, à quelques jours d’une permission qui leur avait été accordée.

Il s’en souviendra toute sa vie. Elle était verte et avait été postée presque un mois plus tôt.

Elle n’a pas eu le courage de l’attendre…Elle lui demande pardon et lui demande de ne pas être triste. Elle ne pouvait pas attendre un homme dont elle ne savait quand il reviendrait. Toutes les excuses sont avancées et elle balaie en un instant toutes ses pensées amoureuses. Il pleure doucement. Personne ne s’en rendra compte.

C’est triste la fin d’une histoire d’amour. Qu’elle était belle Roselyne!!!….

Il reverra Roselyne, certainement…surement…Que vont ils se dire?

 

 

 

2 commentaires »

  1. zaza dit :

    je suis écoeurée.. Roselyne n’a pas eu la force de l’attendre.. mais pour qui elle se prend celle-là!
    et lui qui nourrissait tant d’amour pour elle.. pauvre petit soldat, abandonné de toutes..
    une larme coule sur ma joue.

  2. francis02 dit :

    Oui et cela s’est passé exactement comme cela. Si Roselyne lu ce blog un jour, elle saura combien elle lui a fait du mal. Mais rassures toi, il s’en remettra; lE plus dur, ce sont peut etre les retrouvailles.
    A BIENTOT
    Francis

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire